Compte-tours

 

 

Il y a beau jour j'avais à changer ma vielle bagnole pour une nouvelle et je m'inquiétais : je vais acquérir une voiture moderne et puissante et surtout parfaitement insonorisée – aurais-je la chance de capter le roulement de mon moteur ? Il faudrait peut-être faire sortir l'axe du moteur à la planche de bord et là-bas, faire évoluer une petite roue tournante – faire la tourner en accéléré, disons après une démultiplication de 100 : 1. Une excellente idée, mais je vois la possibilité d'une ingénieuse amélioration : Notre moteur est le plus puissant au tours de 3000. Si je prends un moteur auxiliaire tournant à 3000, jumelé par un engrainage différentiel, ma petite roue de planche va s'arrêter au régime optimal ; plus on s'éloigne du régime optimal, plus ma roue tournerait dans un sens ou l'autre. Et comme la mécanique et une chose compliquée, faisons animer de cette manière des diodes LED, disposées en cercle. A chaque moment une diode allumée - ou deux à la limite, si diamétralement opposées.

 

Les clichés suivants représentent l'affichage correspondant aux différents régimes (les plages valables pour notre moteur ajoutées) : régime trop bas (au-dessous de 2000), régime correct (2000-3000); régime optimum (3000), régime correct (3000-4000), révolutions trop élevées (au-dessus de 4000). Les révolutions constatées vont être variables bien sûr, dépendantes de la différence entre le régime actuel et le régime optimum.

Régime trop bas Régime correct Régime optimum Régime correct Régime trop élevé

 

Fondement physiologique de l'appareil

Vue de loin

Vue de près Compte-tours

 

Par ses capacités visuelles, l'homme est capable d'enregistrer un mouvement plus vite que de s'orienter dans une image stable. C'est pourquoi les points lumineux de l'appareil s'arrêtent (ou presque) quand des tours restent dans la zone correcte ; plus on s'éloigne du régime optimal, plus l'affichage devient agitée, pour attirer l'attention.

 

Pour lire l'affichage d'un compte-tours classique, il faut accommoder l'œil, donc quitter la route des yeux. Au contraire, on peut facilement capter un mouvement des points lumineux par la vue périphérique, sans quitter la route des yeux.

 

C'est tout pour la théorie, passons à la pratique : le vidéo suivant présente le moteur au repos, puis au ralenti, 1ère vitesse, juste après 3000 tours la 2ème vitesse jusqu'à plus que 4000 tours, 3ème vitesse, avant la traversée le ralenti et à la fin, encore la 3ème.

REMARQUE : si le vidéo n'est pas visible, débloquez l'accès à YouTube – voir la dernière ligne de tête de votre navigateur Web.

 

 


Acquis pratique

 

La spot en tête fête ses douze ans. Il s'agit de la première installation d'appareil dans une voiture - dans une Skoda Felicia 1300 MPI.

 

La consommation moyenne de la voiture durant les 13 années et les 196 311 km fait au total 13080 litres de l'essence, ce qui corresponde à 6,66 litres au 100 km. Ce résultat bien acceptable est d'une partie dû au compte-tours. Les petites voitures sont toujours un peu bruyantes et au volant, on a toujours la tendance de tourmenter le moteur aux révolutions basses - et de proclamer que le moteur manque de puissance. Avec le soutien d'un compte-tours, on se comporte mieux.

 

La voiture vivait ses moments difficiles lors de l'initiation à la conduite d'une chauffeuse débutante. La fille apprenait vite, il suffirait de lui dire "reste à deux points lumineux", et la voiture ne souffrait plus.

 

Réalisation

 

L'appareil était réalisé en plusieurs versions, la version la plus sophistiquée est présentée sur les tableaux suivants. A noter l'utilisation bien subtile de la composante PC814. La construction implémente le branchement de luminosité jour/nuit et de plus, elle rend possible les modifications par programme. Pour ce but, il faut connecter l'INPUT à la sortie RS232 d'un ordinateur par intermédiaire du PROGRAMMING CABLE (le câble avec une diode) et raccorder instantanément les pins (2) (P1.4 a P1.5), ce qui fait allumer la diode (3) ; dorénavant, l'appareil est commandé par un petit programme d'ordinateur.

 

En bas et à droite à titre de comparaison, le montage de base (au programme figé) - celui de notre vidéo.

 

Dessous dessus Connection Cable

Schéma

Possibilités Circuit minimum

 

Conclusion

 

Aujourd'hui, la planche de bord d'une voiture est devenue bien chargée. Prenons note de la navigation de bord, de l'affichage du poste de radio et d'autres bagatelles. La solution est peut-être un écran infographiste où on peut par exemple afficher la vitesse en plains chiffres. Quand-même, le compte-tours doit afficher en analogique et de plus, l'affichage doit réagir vite, ce qui représente une surcharge pour chaque système à l'écran. Sous cette optique, notre petit cercle des diodes lumineuses représente une solution de choix.